Bolivie : résistance populaire au coup d’état dans la rue et au parlement ! (Par pole de Rennaissance communiste en France)

Courageusement, héroïquement, le peuple bolivien entre en résistance contre la dictature militaire et fasciste. Tandis que Trump et la junte militaire reconnaisse une sénatrice d’extrême droite – Anez – , raciste, comme présidente, avec le soutien honteux du régime Macron, et ce dans un parlement vidés de ses élus, le Sénat et l’assemblée nationale bolivienne, pleins, ont élus leurs présidents et condamnés le coup d’état. Le peuple entre en résistance. Appuyé par des manifestations massives dans toutes l’amérique latine, ainsi que par les dirigeants du Mexique, d’Argentine, du Venezuela, de Cuba, du Nicaragua, de l’Uruguay etc…

Dans la rue, malgré la répression sanglante menées par les militaires, le peuple se lèvent. Par dizaines de milliers, les manifestants exigent le respect de leur votes, eux qui ont élu Evo Morales. Ils exigent le retour de la démocratie et le départ des putschistes.

La communauté internationale, à l’image des pays non alignés, condamne le coup d’état, de même que la majorité des pays d’Amérique Latine. Il n’y a guère que Trump et Bolsonaro pour appuyer le coup d’état.

Suivez en direct sur twitter.com/@PRCF_ les dernières informations sur la situation en Bolivie
Signez la pétition de solidarité avec le peuple bolivien contre le coup d’état
Rejoignez le rassemblement de solidarité à Paris le 17 nov, à 14H au Trocadero.
Le parlement bolivien élit son président, condamne le putsch et réaffirme son soutien à Evo Morales
Malgré la répression, le parlement bolivien a réussi à se réunir le 14 novembre. 74 sénateurs du MAS ainsi qu’un parlementaire de l’opposition était présents, permettant la tenue régulière d’une session avec le quorum. Ils ont élu le député Sergio Choque (MAS) comme nouveau président du parlement bolivien.

le parlement a réfusé de reconnaitre la raciste Anez comme présidente légitime, bien que installée par les militaires, elle se soit autoproclamée présidente. Et ce en violant la constitution. Le parlement bolivien ne reconnait pas le coup d’état et considère Evo Morales comme le seul président légitime de la Bolivie.

Evo Morales, en exil forcé, a réaffirmé qu’il est bien le président légitime, constitutionnel et légal, puisque le parlement a refusé sa démission forcée sous la contrainte des militaires.

De son coté, le Sénat Bolivien a élu, avec le quorum, Monica Eva Copa comme sa nouvelle présidente.

Le premier secrétaire du Sénat avait ouvert la session avec une minute de silence pour les victimes de la répression policières et militaires menées par les putschistes dans les rues ces derniers jours.

Eva Copa a souligné dans son discours l’attitude courageuse de l’ancienne présidente du sénat, Adriana Salvatierra, qui a été frappée par la police putschiste devant le siège du Sénat, mais qui a réussi à rouvrir la voie pour que les députés tiennent leurs session jeudi 14 novembre.

Résistance populaire dans la rue contre le coup d’état malgré la répression

C’est par milliers que les manifestants occupent les rues de la Paz. Principalement des peuples autochtones qui sont la majorité du pays mais que veulent discriminer les putschistes racistes, ainsi que les classes populaires du pays, sorties de la pauvreté extrême par le MAS et Evo Morales. C’est cette large majorité populaire qui a donné la majorité dans les urnes au MAS et qui a rélu Evo Morales président. C’est cette large majorité, la classe des travailleurs, que le putsch veut écraser et saigner.

Ce 15 novembre, l’aéroport international d’El Alto est coupé du monde, des dizaines de milliers de manifestants, occupents ses routes d’accès et ses abords, le rendant inutilisable.

A El Alto, banlieue populaire sur les hauteurs de La Paz, le rassemblement grandis, des milliers et milliers de militants viennent de tous le pays pour organiser, renforcer et continuer le blocus de la ville. Pour résister au coup d’Etat et rétablir la démocratie.

Des manifestations ont lieu dans la plupart des régions du pays, comme ici à Cochabamba le 15 novembre

Le plus grand syndicat de Bolivie, la Central Obrera Boliviana a lancé un ultimatum de 24h pour rétablir la démocratie dans le pays, et va déclencher une grève générale.

Son secrétaire général, Juan Carlos Huarachi a appelé les “dirigeant.e.s politiques et civiques” à rétablir l’ordre constitutionnel en 24H. «Ceux qui ont causé tout ce chaos, nous leur donnons 24 heures pour rétablir l’ordre constitutionnel, la paix sociale et l’unité du peuple bolivien et éviter de nouvelles effusions de sang et la violence (…). Notre pays ne mérite pas cela. l’histoire les jugera un jour”.

Les représentants des 36 communautés indigènes ont également appelé au soulèvement et dénoncent ” l’autoproclamation “d’une présidente qui est raciste et ne respecte ni la constitution ni leur état plurinational.“.

Le régime Macron déshonore la France en soutenant le coup d’état militaire

Dans un communiqué honteux du ministère des affaires étrangères, le régime Macron a de fait validé le coup d’état. Suivant scandaleusement les agissements illégaux et criminels de ses maitres de l’impérialisme américain :

Q : La France va-t-elle reconnaître Jeanine Añez comme présidente par intérim de la Bolivie, après la démission d’Evo Morales ?

R : La France est attentive à l’évolution de la situation en Bolivie. Le Président Evo Morales a annoncé sa démission.

La France prend acte de cette décision et des annonces qui ont été faites sur l’organisation de la transition. Elle appelle toutes les parties à la retenue. Elle souhaite que de nouvelles élections puissent être organisées dans les meilleurs délais.

Un climat apaisé est essentiel pour avancer de manière constructive vers une résolution pacifique de cette crise dans un cadre démocratique./

15 nov 19 communiqué du quai d’orsay

Les attaques contre les pays de l’ALBA se multiplient

Le coup d’état ne menace pas seulement la paix en Bolivie et sa démocratie, il menace également de déstabiliser l’ensemble de la région. En effet, les putschistes aux ordres des USA, des extrémistes religieux et d’extrême droite, mènent des provocations violentes contre les pays de l’ALBA, avant s’en doute de s’en prendre à tous ceux – majoritaires – qui refusent de reconnaitre la junte qu’ils tentent d’installer par la force des armes.

Après avoir attaqué les ambassades de Cuba et du Venezuela, c’est aux coopérants médicaux cubains que les putschistes s’en prennent. La Havane exige au soir du 15 novembre la libération des 4 médecins cubains illégalement détenus, dans une opération de police menée… par l’ambassade américaine.

Jusqu’en janvier 2019, la brigade médicale cubaine a offert plus de 71 795 634 soins médicaux gratuits ; elle a réalisé plus de 265 454 interventions chirurgicales et sauvé plus de 115 449 vies humaines. Ce n’est que dans le cadre de l’opération miracle que plus de 723 540 interventions chirurgicales ophtalmologiques ont été réalisées en Bolivie gratuitement.
5 192 médecins de ce pays ont été diplômés par les bourses offertes à l’école latino-américaine de médecine (Elam) à Cuba

Cuba exige qu’il soit mis fin à l’incitation à la violence contre ses coopérants de la santé en Bolivie

Au cours de ces dernières heures, plusieurs autorités faisant fonction dans l’État plurinational de Bolivie ont lancé l’idée que des coopérants cubains encouragent les manifestations qui se déroulent en Bolivie, à laquelle s’ajoute une approche similaire sur les réseaux sociaux, à travers des récits d’origine douteuse et de faux profils qui incitent à la violence contre notre personnel de la santé.

Dans ce contexte, le 13 novembre, quatre membres de la Brigade médicale à El Alto ont été arrêtés par la police alors qu’ils se rendaient à leur lieu de résidence avec de l’argent prélevé dans une banque pour payer les services de base et les loyers des 107 membres de la Brigade médicale en poste dans cette région.

L’arrestation a eu lieu sous le prétexte calomnieux que l’argent était utilisé pour financer des manifestations. Les représentants de la police et du Ministère public se sont rendus aux sièges de la Brigade médicale à El Alto et à La Paz et ont confirmé, sur la base de documents, de listes de paie et de données bancaires, que les chiffres coïncidaient avec le montant retiré régulièrement chaque mois.

Les quatre coopérants arrêtés sont :

Amparo Lourdes Garcia Buchaca, licenciée en Électrothérapie. À Cuba, elle travaillait au Centre provincial d’électrothérapie de la province de Cienfuegos avant de commencer sa mission en Bolivie, en mars de cette année.

   Idalberto Delgado Baro, licencié en Économie de la municipalité spéciale de l’Île de la Jeunesse, qui a travaillé au Centre municipal d’électrothérapie de l’Ile de la Jeunesse avant de rejoindre la mission en Bolivie, en mars dernier.

   Ramon Emilio Alvarez Cepero, spécialiste en Soins intensifs et Endocrinologie, qui travaillait à Cuba à l’Hôpital général « Gustavo Aldereguia » de la province de Cienfuegos jusqu’à son arrivée en Bolivie en juillet 2017.

   Alexander Torres Enriquez, spécialiste en Médecine générale intégrale, qui travaillait à Cuba à la polyclinique « Carlos Verdugo » de la province de Matanzas, avant de partir s’acquitter de sa mission, le 3 février 2019.

Des contacts permanents ont été maintenus avec ces coopérants humanitaires cubains, par l’intermédiaire de l’ambassade de Cuba à La Paz et du responsable de notre brigade médicale.

Les quatre coopérants cubains ont une trajectoire reconnue à la mesure de leur profil professionnel et, comme leurs autres collègues en mission en Bolivie, ils se sont strictement et rigoureusement conformés au travail humanitaire et de coopération pour lequel ils se sont rendus dans ce pays, en vertu d’accords intergouvernementaux.

Le ministère des Relations extérieures rejette les fausses accusations selon lesquelles ces compatriotes encouragent ou financent des manifestations, des accusations fondées sur des mensonges délibérés et sans aucun fondement.

Dans les circonstances décrites, il a été décidé de procéder au rapatriement immédiat des coopérants cubains.

Le ministère des Relations extérieures exige la libération immédiate des coopérants cubains détenus et la garantie, par les autorités boliviennes de l’intégrité physique de chacun d’entre eux, conformément aux responsabilités contractées par l’État bolivien en matière de sécurité et de protection des coopérants, en vertu des accords intergouvernementaux signés.

Le ministère des Relations extérieures appelle les autorités boliviennes à mettre un terme à l’exacerbation des manifestations irresponsables anticubaine et de haine, des diffamations et des incitations à la violence contre les coopérants cubains, qui ont contribué solidairement à la santé du peuple frère de Bolivie. Les millions de Boliviens qui ont pu compter sur la générosité altruiste de centaines de médecins cubains savent parfaitement que les mensonges ne pourront pas cacher la contribution méritoire et le noble objectif de nos professionnels de la santé.

Ministère des Relations extérieures

Déclaration du MINREX

Sanglante répression : déjà plus de 12 assassinés par les putschistes

Selon les chiffres officiels, plus de 12 boliviens ont été tués et 530 blessés depuis le début du coup d’état du 10 novembre. L’agence des droits de l’homme bolivienne précise sur son site internet que parmi les blessés, ont déplore des femmes, des enfants des adolescents et des journalistes. L’institution, créé en 1994, confirme également sur twitter que le 11 et 12 novembre, 5 boliviens ont été tués. 4 par des tirs d’armes à feu de la police et de l’armée, un a été étranglé.

Auparavant, des gangs de l’opposition, ont attaqué de nombreux élsu du parti ayant gagné les élections, le MAS, pillant et détruisant leurs maison, y compris celles de Evo Morales et de sa famille.

Ce 15 novembre, au moins cinq manifestants ont été tués par les militaires dans la ville de Cochabamba au centre du pays.

Les putschistes, passés et commandés par Washington

WHINSEC École des Américains Bolivie coup

BOLIVIE13 novembre 2019PartagerTweet

Les commandants de l’armée et de la police boliviennes ont aidé à préparer le coup d’État et ont assuré son succès. Ils avaient déjà été formés pour l’insurrection dans les programmes de formation notoires du gouvernement américain, School of the Americas et FBI.

Par Jeb Sprague

Les États-Unis ont joué un rôle clé dans le coup d’État militaire en Bolivie, d’une manière directe mais à peine reconnue dans les récits des événements qui ont contraint le président élu du pays, Evo Morales, à démissionner le 10 novembre. 

Juste avant la démission de Morales, le commandant des forces armées boliviennes, Williams Kaliman, a « suggéré » que le président démissionne. Un jour plus tôt, des secteurs de la police du pays s’étaient rebellés. 

Bien que Kaliman semble avoir feint la loyauté envers Morales au fil des ans, ce qu’il était en vérité  s’est révélé dès  le moment opportun . Il n’était pas seulement un acteur du coup d’Etat, il avait sa propre histoire à Washington, où il avait été brièvement l’attaché militaire de l’ambassade de Bolivie dans la capitale des États-Unis. 

Kaliman se trouvait au sommet d’une structure de commandement militaire et de police qui avait été largement développée par les États-Unis par le biais de WHINSEC, l’école de formation militaire de Fort Benning, en Géorgie, connue auparavant sous le nom d’ École des Amériques . Kaliman lui-même a suivi un cours intitulé «Comando y Estado Mayor» à la SOA en 2003.

Au moins six des principaux conspirateurs sont d’anciens élèves de la tristement célèbre Ecole des Amériques, tandis que Kaliman et une autre personnalité ont déjà été attachés militaires et policiers de la Bolivie à Washington. 

Au sein de la police bolivienne, les hauts responsables qui ont contribué au lancement du coup d’État ont suivi le programme d’échanges de police APALA. Travaillant à Washington DC, l’APALA a pour fonction de nouer des relations entre les autorités américaines et les responsables de la police d’États d’Amérique latine. Malgré son influence, ou peut-être à cause de cela, le programme n’apparait que rarement au grand jour.Ainsi il nous a été  impossible en tant que  chercheur de joindre son personnel par téléphone.

Il est courant que les gouvernements affectent un petit nombre de personnes aux ambassades de leur pays à l’étranger en tant qu’attachés de l’armée ou de la police . Le regretté Philip Agee, ancien officier de la CIA devenu le premier lanceur d’alerte de l’agence, a expliqué dans son livre récapitulatif de 1975 que le renseignement américain s’appuyait traditionnellement sur le recrutement d’officiers militaires et de policiers étrangers, y compris des attachés d’ambassades pour ptéparer le changement de régime et opérations anti-insurrectionnelles. 

Comme je l’ai découvert parmi plus de 11 000 documents FOIA que j’ai obtenus en écrivant mon livre sur la campagne paramilitaire menée dans la perspective de l’éviction du gouvernement élu en février 2004 et de la répression post-coup d’Etat , les autorités américaines ont travaillé pendant des années pour se établir des liens avec la police haïtienne, l’armée et les anciens responsables de l’armée. Ces connexions, ainsi que les efforts de recrutement et de collecte d’informations ont finalement porté leurs fruits.

En Bolivie également, le rôle des responsables de l’armée et de la police formés par les États-Unis a été déterminant pour imposer un changement de régime. Des agences gouvernementales américaines telles que l’USAID financent ouvertement des groupes anti-Morales dans le pays depuis de nombreuses années . Mais la façon dont les services de renseignement américains ont utilisé les forces de sécurité du pays comme un cheval de Troie est moins bien analysée. Avec le départ forcé de Morales, cependant, il devint impossible de nier à quel point ce secteur était arreint.

Comme l’enquête le montrera, le complot du coup d’État n’aurait pu aboutir sans l’approbation enthousiaste des commandants de l’armée et de la police du pays. Et leur consentement a été fortement influencé par les États-Unis, où beaucoup ont été formés et éduqués pour l’insurrection.

Fuite audio expose les diplômés de l’École des Amériques préparant un coup d’État

Des informations sonores diffusées sur le site d’informations bolivien La Época, ainsi que par elperiodicocr.com et un éventail de médias nationaux, révèlent qu’une coordination secrète avait eu lieu entre les anciens dirigeants de la police, de l’armée et de l’opposition boliviennes lors du coup d’État.

Rompeviento TV@RompevientoTV

Los audios de la conspiración del #GolpeDeEstadoEnBolivia. Por @elperiodicocr https://elperiodicocr.com/bolivia-filtran-audios-de-lideres-opositores-llamando-a-un-golpe-de-estado-contra-evo-morales/ …

View image on Twitter

2512:18 AM – Nov 11, 2019Twitter Ads info and privacy 37

Les enregistrements audio divulgués montrent que l’ancien maire de Cochabamba et ancien candidat à la présidence, Manfred Reyes Villa, a joué un rôle central dans l’intrigue. Reyes est un ancien élève de WHINSEC (anciennement connu sous le nom d’ École des Amériques), qui réside actuellement aux États-Unis.

Les quatre autres personnes qui se sont présentées ou se présentent nominativement dans le fichier audio divulgué sont le général Remberto Siles Vasquez (fichier audio 12 ); Le colonel Julio César Maldonado Leoni ( audio 8 et 9 ); Le colonel Oscar Pacello Aguirre ( audio 14 ) et le colonel Teobaldo Cardozo Guevara ( audio 10 ). Ces quatre anciens militaires ont assisté à la SOA. 

Cardozo Guevara, en particulier, se vante de ses relations avec les officiers en activité.

L’identité de ces personnes est confirmée par une vérification croisée des données des listes d’anciens élèves de School of Americas Watch avec Facebook et des articles de presse locaux boliviens et des enregistrements audio qui ont été divulgués . 

L’École des Amériques est un lieu bien connu d’éducation pour les putschistes latino-américains qui remonte au plus fort de la guerre froide. Des changements de régime brutaux et des opérations de représailles d’Haïti au Honduras ont été menés par des diplômés de la SOA, et certaines des juntas les plus ensanglantées de l’histoire de la région ont été dirigées par des anciens de l’école. 

Pendant de nombreuses années, des manifestants anti-guerre ont organisé une vigile devant le siège de la SOA à la base militaire de Fort Benning, près de Columbus, en Géorgie.  

Une veillée de protestation devant l’école des Amériques à Fort Benning

Le père de ces manifestations, le père Roy Bourgeois, a décrit la SOA comme «une école de combat.  » Il a continué:

«La plupart des cours tournent autour de ce qu’ils appellent la guerre de contre-insurrection. Qui sont les insurgés? Nous devons poser cette question. Ce  sont les pauvres. Ce sont les peuples d’Amérique latine qui appellent à la réforme. Ce sont les paysans sans terre qui ont faim. Ce sont des travailleurs de la santé, des défenseurs des droits de l’homme, des organisateurs syndicaux, ils deviennent les insurgés, ils sont perçus comme «l’enemigo», l’ennemi. Et ce sont ceux qui deviennent la cible de ceux qui apprennent leurs leçons à l’École des Amériques. ”

Bourgeois a été déporté de Bolivie en 1977 lorsqu’il s’est élevé contre les violations des droits de l’homme perpétrées par le général Hugo Banzer, un dictateur de droite qui a accédé au pouvoir grâce à un coup d’État soutenu par les États-Unis qui a renversé un gouvernement de gauche. L’histoire se répète aujourd’hui alors que les héritiers idéologiques de Banzer chassent un autre dirigeant socialiste du pouvoir au moyen de tactiques de déstabilisation éprouvées.

Dans les enregistrements audio récemment divulgués, les putschistes discutent de plans visant à incendier des édifices gouvernementaux, à convaincre les syndicats favorables au monde des affaires du pays de mener des grèves, ainsi que d’autres tactiques, issues directement du cahier de jeu de la CIA. 

La tentative de coup d’Etat serait également soutenue par divers groupes évangéliques, ainsi que par le président colombien Iván Duque, l’ex-président colombien Álvaro Uribe et, plus particulièrement, le président néo-fasciste du Brésil, Jair Bolsonaro. 

Les conspirateurs ont également mentionné le ferme soutien des sénateurs américains d’extrême droite, Ted Cruz, Bob Menéndez, et Marco Rubio, qui aurait l’oreille du président Donald Trump en matière de politique étrangère américaine dans l’hémisphère occidental.

Attachées militaires et de police à Washington: un terreau propice au réseautage du renseignement américain

Alors que les tensions construites sur ces dernières semaines, il était le général commandant de la police bolivienne, Vladimir Yuri Calderon Mariscal, qui a brisé l’impasse en menant une grande partie de la force de police t o révolte le 9 Novembre, juste un jour avant la démission de Morales .

Puis-col. Vladimir Yuri Calderón Mariscal (troisième à gauche) avec d’autres responsables de l’APALA en 2018.

En 2018, Calderón Mariscal a été président des attachés de police d’Amérique latine aux États-Unis d’Amérique (APALA), basés à Washington, DC. 

APALA a été décrit comme un programme de «sécurité multidimensionnelle» visant à établir des relations et des liens entre les autorités américaines et les responsables de la police de nombreux membres de l’Organisation des États américains.

Lors de la fondation de l’APALA en 2012, le secrétaire général de l’époque, José Miguel Insulza (au centre, sur la photo ci-dessous), a rencontré les dirigeants du groupe.

Aujourd’hui, l’APALA accueille des attachés de police de 10 pays: Brésil, Bolivie, Colombie, Chili, Équateur, El Salvador, Panama, Pérou, Mexique et République dominicaine. 

Selon sa page Facebook, le groupe «a été créé dans le but de créer, promouvoir et renforcer des liens de solidarité, d’amitié, de coopération et de soutien entre les membres du groupe et leurs familles par le biais d’activités sociales et culturelles permettant de générer développement intégral.  » 

Il prétend faciliter «l’intégration et l’échange des institutions de police qui le composent, en plus de promouvoir l’échange d’expériences réussies développées par les différentes forces de police d’Amérique latine».

Photo de Calderón Mariscal (centre-droit) à l’académie de formation du FBI, à 36 kilomètres de Washington, DC

Une organisation mystérieuse, APALA a fermé son site Web ApalaUSA.com et ne répond pas aux appels téléphoniques. Il fonctionne en quelque sorte comme une branche des agences fédérales américaines car sa plate-forme de médias sociaux et son site Web aujourd’hui disparu présentent de nombreuses réunions et photos de responsables de l’APALA et de participants aux côtés du FBI, de la DEA, de l’ICE et d’autres responsables américains.  

Comme Philip Agee l’a expliqué dans son livre Inside the Company , la CIA a souvent recours à d’autres agences gouvernementales américaines, telles que le FBI et l’USAID, ainsi qu’à diverses organisations de premier plan pour mener ses activités clandestines sans laisser d’empreintes digitales.

Ci-dessous: Participants de l’APALA au siège du FBI à Washington DC

Visita de trabajo de @apalausa a @FBI En las instalaciones del J. Edgar Hoover, en Washington, D.C.

View image on Twitter
View image on Twitter

24:01 PM – Nov 16, 2017Twitter Ads info and privacy See APALA’s other Tweets

Alex Zunca , officier de police de Baltimore, est l’ un des membres clés de la section locale de l’ APALA . Il est également directeur des affaires internationales de la Hispanic National Law Enforcement Association, basée à Washington, DC.

L’adresse publique de l’APALA, répertoriée sur son site Web maintenant disparu, est la même que celle de l’ambassade du Mexique à Washington, DC. Le groupe aurait apparemment quitté l’ambassade du Mexique, du moins entre 2017 et 2018, alors que son site Web était actif pendant la gestion de l’ancien président mexicain, Enrique Peña Nieto.

Il est intéressant de noter qu’un collègue de Calderón Mariscal, ancien président de l’APALA, est un ministre adjoint de la police fédérale du Mexique, Nicolás González Perrin . 

En bas, on peut le voir assis à côté d’un drapeau national mexicain et d’un chapeau du FBI.

Dans une interview accordée en 2017 à Washington Hispanic , un journal en langue espagnole basé à Washington , González Perrin a déclaré «qu’APALA tient des réunions permanentes avec les plus importantes agences fédérales des États-Unis», d’INTERPOL à la DEA, à ICE et au FBI, qui travaillent avec nous, sur la base de besoins mutuels.

Hector Ivan Mejia Velasquez, ancien commissaire général de la police nationale du Honduras, qui a mené des opérations brutales contre des manifestants dans son propre pays, est un autre participant important de l’APALA. Il publie régulièrement des chapes anti-gauchistes sur les médias sociaux .

En la @EmbamexEUA primera reunión anual de @apalausa contamos con la presencia de @FBI @ICEgov @CustomsBorder @DEAHQ @ATFHQ. Juntos construimos un mundo más seguro .

View image on Twitter
View image on Twitter

211:01 PM – Jan 12, 2018Twitter Ads info and privacy See APALA’s other Tweets

Les appels au contact public de l’APALA , qui s’appelle apparemment Alvaro Andrade, sont restés sans réponse. Mes appels sur son numéro, répertorié comme étant situé à Rockville, dans le Maryland, sont allés directement à un message vocal indiquant que celui-ci était restreint. Le site Web de l’ancien site Web de l’ APALA est Mario Ruiz Madrigal, un ingénieur système installé au Mexique.

L’APALA, dont la page Facebook semble être exploitée par Andrade, a également collaboré avec d’autres responsables de la police bolivienne, tels que l’attaché de police bolivien Heroldina Henao .

APALA@apalausa

#apala Reconocimiento a la Agregada Policial Bolivia Heroldina Henao por parte del Presidente NICOLÁS G. PERRIN.

View image on Twitter

58:34 PM – Nov 30, 2016Twitter Ads info and privacy See APALA’s other Tweets

Le général Williams Kaliman , l’actuel chef de l’armée bolivienne, a également contribué au coup d’État du 10 novembre . Il a été attaché militaire à l’ambassade de son pays à Washington, DC en 2013. Dix ans auparavant, il avait suivi une formation à la SOA. On sait peu de chose de son séjour aux États-Unis.

Le général Williams Kaliman, chef de l’armée bolivienne

À des moments différents, Kaliman et Calderón Mariscal semblent avoir soit été loyaux envers le gouvernement constitutionnel, soit les avoir feintés, mais en ont fini par s’en séparer ou ont été convaincus au fil du temps de procéder à un putsch militaire. 

Pour sa part, le président déchu, Morales, a affirmé qu’un membre de sa propre équipe de sécurité s’était vu offrir 50 000 dollars pour le trahir .

Le coup d’État du 10 novembre ne s’est pas concrétisé de nulle part. Les événements survenus en Bolivie sont intimement liés aux efforts américains pour influencer les forces militaires et de police à l’étranger par le biais de programmes comme SOA et APALA.

Alors que le président des États- Unis, Donald Trump, applaudit à « un moment significatif pour la démocratie dans l’hémisphère occidental», les Boliviens sont soudainement sous le contrôle d’un régime militaire de facto.  


(Note de la rédaction: Cet article a été mis à jour après la publication pour décrire plus précisément le contact public de l’APALA.)

Jeb Sprague

Jeb Sprague est chercheur associé à l’Université de Californie à Riverside et a déjà enseigné aux UVA et à UCSB. Il est l’auteur de «Globaliser les Caraïbes: économie politique, changement social et classe capitaliste transnationale» (Temple University Press, 2019), «Le paramilitarisme et l’assaut contre la démocratie en Haïti» (Monthly Review Press, 2012). l’éditeur de «Mondialisation et capitalisme transnational en Asie et en Océanie» (Routledge, 2016). Il est l’un des cofondateurs du Réseau d’études critiques du capitalisme mondial. Visitez son blog à l’ adresse suivante : http://jebsprague.blogspot.com

%d blogueurs aiment cette page :