Hôtel Ibis Clichy-Batignolles Huit semaines de grève

Malgré le silence des directions d’Accor et de STN, les femmes de chambre, gouvernantes et équipiers de l’hôtel Ibis, situé dans le 17earrondissement de Paris, ne désarment pas.

Travaillant pour le groupe sous-traitant STN, ils exigent leur embauche directe dans l’hôtel, pour bénéficier des salaires et conditions de travail des employés du groupe Accor. Actuellement, leurs salaires sont bien plus bas et leurs conditions de travail plus dures. Le mépris de l’encadrement est aussi la règle.

La CGT-HPE (Hôtels de prestige et économiques) a organisé une caisse de solidarité. Samedi 7 septembre à midi, les grévistes se sont rassemblés avec leurs soutiens pour toucher leur chèque de grève, de 700 à 800 euros. Les femmes de chambre, sous les acclamations, brandissaient fièrement leur chèque, montrant par là qu’elles sont prêtes à tenir. Une fête de quartier est d’ailleurs annoncée pour le 20 septembre non loin de l’hôtel, dans le parc Martin-Luther-King, pour soutenir les grévistes.

%d blogueurs aiment cette page :