SNCF Lyon Grève dans les centres de maintenance des trains

Mardi 12 novembre, les centres de maintenance de La Mouche, Vaise et Oullins étaient en grève à leur tour, après celui de Vénissieux le jeudi précédent. La colère des cheminots vient des bas salaires, par exemple à peine 1 200 euros pour les plus jeunes embauchés, et de la dégradation des conditions de travail. Le travail est tellement dur, sale et mal payé, que les intérimaires ne restent pas, et parmi les cheminots, il y a de nombreuses démissions. Leur écœurement vient aussi du fait qu’ils ne sont plus en mesure de faire correctement leur travail, ce qui met y compris en cause la sécurité des voyageurs.

     Mardi, ceux de La Mouche ont été rejoints par une dizaine de travailleurs du technicentre TGV de Gerland. L’idée de réagir tous ensemble fait son chemin dans les têtes, car partout les problèmes de bas salaires et de conditions de travail sont identiques.

%d blogueurs aiment cette page :